Aubervilliers : une ferme urbaine sur les toits du Fashion center


Publié le 14 octobre 2020 par - Temps de lecture : 3 min -
Provenance : leparisien.fr / 6 septembre 2019
validéCet article a été validé par Explore

Résumé


Le bien nommé « CultiCime » est un projet qui a germé il y a trois ans, sur les toits sur Fashion Center à sa demande. L’association Espaces en pilote le développement, avec une approche qui mêle l’agriculture urbaine au social. Cinq personnes travaillent sur le site, dont trois en contrat d’insertion. Les cultures, dont les premières récoltes ont eu lieu en 2017, s’étendent maintenant sur 1 500 m2, réparties en plusieurs terrasses aériennes. Cette année, 38 variétés de légumes, fruits et fleurs comestibles sont présentes et les méthodes de production y sont très écologiques. Avec ses récoltes, CultiCime la ferme urbaine, fournit en fruits légumes le personnel de Veolia, des administrations de la direction régionale des entreprises (Direccte) et de la Justice, dont les bureaux sont installés à quelques centaines de mètres, porte d’Aubervilliers.

Article


Aubervilliers : une ferme urbaine sur les toits du Fashion center

Une passerelle relie désormais les terrasses du centre commercial des grossistes de la mode. L’association Espaces y cultive 1 500 m2 de fruits et légumes.

Le 6 septembre 2019 à 15h08

Romain et Alice, maraîchers des hauteurs, cheminent par de petites échelles pour circuler sur les toits du Fashion center, à Aubervilliers, et rejoindre leurs parcelles de courges, haricots ou encore de blettes. Et quand grimper aux barreaux ne suffit plus, c’est à une passerelle que les agriculteurs urbains de l’association Espaces ont désormais recours, pour développer l’activité de leur petite ferme suspendue « CultiCime » !

Financée par la région Ile-de-France et la fondation Veolia, inaugurée ce lundi, cette structure métallique qui a été posée en juin survole une cour intérieure du centre commercial où sont regroupées, sur 55 000 m2, les boutiques de mode des grossistes chinois. La nouvelle passerelle permet d’agrandir de mille mètres carrés supplémentaires la surface de fruits et légumes, plantés dans le cadre de l’exploitation d’altitude.

Agriculture urbaine et sociale

Le bien nommé « CultiCime » est un projet qui a germé il y a trois ans, à la demande du Fashion center. L’association Espaces en pilote le développement, avec une approche qui mêle l’agriculture urbaine au social. Cinq personnes travaillent sur le site, dont trois en contrat d’insertion. Les cultures, dont les premières récoltes ont eu lieu en 2017, s’étendent maintenant sur 1 500 m2, réparties en plusieurs terrasses aériennes.

Une passerelle a été posée en juin pour relier les toits et agrandir la surface de cultures. LP/Claire Guédon
Une passerelle a été posée en juin pour relier les toits et agrandir la surface de cultures. LP/Claire Guédon  

L’association Espaces veut continuer sa croissance et lance cette semaine, un appel au financement participatif sur la plate-forme Ulule pour créer une serre et réaliser ses propres semis. La somme de 3 500 € est nécessaire.

38 variétés

Depuis le Fashion center, la vue sur le Sacré-Coeur est imprenable. Autour, des friches dont certaines sont squattées attendent une reconversion. Mais c’est une autre particularité du centre commercial qui a séduit les maraîchers : les toits sont recouverts d’une épaisseur de terre d’un mètre. « Ce n’est pas commun et cela nous permet de faire pousser des plantes qui ont besoin de profondeur », confirme Romain qui encadre l’équipe.

Derrière le feuillage des framboisiers du Fashion Center, la centrale à béton du canal Saint-Denis et des habitations précaires. LP/Claire Guédon
Derrière le feuillage des framboisiers du Fashion Center, la centrale à béton du canal Saint-Denis et des habitations précaires. LP/Claire Guédon  

Cette année, 38 variétés de légumes, fruits et fleurs comestibles sont présentes, comme les radis, pastèques, piments, framboises, concombres, capucines, salades, courgettes, cosmos ou maïs.

« Nos méthodes de production sont très écologiques, on n’utilise pas de produits phytosanitaires », précise Romain. Purins et composts maison, paillage, voilage accompagnent le développement des cultures. « La ferme est finalement isolée et nous n’avons pas trop de maladies. Les conditions sont assez faciles », relève encore le maraîcher. L’eau pour l’arrosage est fournie par le Fashion center.

Sur les toits du Fashion Center, les maraîchers de l’association Espaces font pousser des cultures sur une surface de 1 500 m2. LP/Claire Guédon
Sur les toits du Fashion Center, les maraîchers de l’association Espaces font pousser des cultures sur une surface de 1 500 m2. LP/Claire Guédon  

Alice, qui est en CDD insertion apprécie son lieu de travail et les connaissances qu’elle acquiert, les mains dans la terre. « On voit les plantes grandir et nous remercier, d’une certaine façon, du temps qu’on leur donne », conclut-elle.

0
Proposer une analyse

Se questionner


Tu souhaites réagir ?
Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

Et si Decathlon installait des fermes urbaines sur les toits de ses magasins ?
Et si s'inscrire dans une économie circulaire était un devoir ?
Et si le partage et la communion étaient de nouvelles normes ?
Proposer un questionnement commençant par "ET SI"

Réagir ?


Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

ça peut vous intéresser


validéCet article a été validé par Explore

La sobriété heureuse est-elle une idée de riches ?

Face aux enjeux climatiques, beaucoup prônent la  » sobriété heureuse ». L’idée ? Chacun devrait simplement accepter de vivre mieux avec … Lire l’article complet

validéCet article a été validé par Explore

New York : cette ancienne décharge aux millions de tonnes de déchets est aujourd’hui méconnaissable

Difficile d’imaginer sous ce paysage verdoyant, des millions de tonnes de déchets en tout genre. Et pourtant, il y a … Lire l’article complet

validéCet article a été validé par Explore

Une start-up trouve le moyen de recycler le plastique à l’infini

Une start-up française pense pouvoir assurer un recyclage continuel du PET sans perte. Carbios est parvenu à cultiver une enzyme … Lire l’article complet

Notre newsletter


Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer un autre article

Partager un article ?

Prévisualisation des données
Envoyer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.