Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

Cette carte de crédit révèle l’empreinte carbone des achats quotidiens

Publié le 8 juillet 2019 - Temps de lecture : 4 min -
Provenance : We demain / 31 mai 2019

Résumé

La startup Doconomy va lancer dès cet été en Suède une carte de crédit qui informe son propriétaire de l’empreinte carbone de chacun de ses achats et permet de plafonner sa consommation en fonction des kg de CO2 consommés.

Le fonctionnement : au passage en caisse, la carte identifie le producteur du bien consommé. Des données sont alors croisées, ce qui permet d’estimer l’empreinte carbone moyenne de chaque euro dépensé auprès de ce producteur. Le résultat apparaît ensuite sur une application reliée à la carte de crédit et au compte en banque de l’utilisateur.

Article

La startup Doconomy va lancer une carte de crédit qui calcule l’impact de nos achats sur le réchauffement climatique. Chaque Français émet près de 12 tonnes de CO2 par an, dont 75 % provient de sa consommation coura

La Black Card et la White Card permettent à leurs utilisateurs de connaître l’empreinte carbone de chaque achat. (Crédit : Doconomy)

Ce T-shirt vous fait de l’oeil depuis que vous avez passé la porte du magasin. Mais alors que vous vous décidez à passer en caisse, votre carte de crédit bloque la transaction. Votre compte bancaire est pourtant bien fourni ! Une notification envoyée sur votre téléphone dissipe vite le mystère : votre plafond d’émissions de CO2 vient d’être dépassé.

Cette carte de crédit inédite a été imaginée par la startup Doconomy, qui compte la lancer en Suède dès cet été. Guère différente en apparence d’une Mastercard ou d’une Visa classique, la « Do Card » informe son propriétaire de l’empreinte carbone de chacun de ses achats, et lui permet même de plafonner sa consommation en fonction des kg de CO2 consommés. Elle se décline en deux modèles : la “Do White” et la “Do Black”

Nous voulons faire évoluer les comportements, en reliant notre consommation à notre impact sur la planète”, explique Nathalie Green, directrice de la startup , qui n’exclue pas d’étendre le service à d’autres pays européens.

En France, chacun est responsable en moyenne de l’émission de 11,9 tonnes de CO2 par an  (soit l’équivalent de 3 allers-retours Paris-Tokyo), dont 75 % proviennent de la consommation courante selon une étude de l’ADEME . Une empreinte carbone « cachée », dont nous n’avons pas forcément conscience. L’innovation de Doconomy vide donc à  rendre plus visibles et quantifiables ces émissions liées aux achats quotidiens.

 

Vivre avec un quota de CO2

Concrètement, comment la carte effectue ses calculs ? Au moment du passage en caisse, la Do Card identifie le producteur du bien consommé, via son code MCC. La technologie « Åland Index » va ensuite croiser les données, et estimer l’empreinte carbone moyenne de chaque euro dépensé auprès de ce producteur.

Le résultat apparaît ensuite sur une application smartphone reliée à la carte de crédit et au compte en banque de l’utilisateur.

Toujours via l’application, les propriétaires des cartes pourront déterminer un plafond d’empreinte carbone à ne pas dépasser. Si la limite est atteinte, la White Card se contentera d’envoyer une notification, alors que la Black Card bloquera toute tentative d’achat supplémentaire !

Les utilisateurs de l’application pourront également compenser leurs émissions en investissant dans des projets écolos.

Ça peut paraître radical, et tout le monde ne va pas forcément jouer le jeu, mais il est intéressant de s’interroger”, souligne Nathalie Green. “Et si nous devions vraiment respecter des quotas d’émissions de CO2 dans notre vie quotidienne, à quoi cela ressemblerait ?

0
Pauline Vallée2 articles

Analyse et questionnements

Pour aller plus loin...

Tu souhaites réagir ? Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

ET SI c’était mal vu de faire du shopping ?
ET SI chaque être humain avait un quota annuel d’émissions de CO2 autorisées ?
ET SI on pouvait vendre/acheter un droit de pollution ?
ET SI la pollution n’existait pas ?
ET SI on faisait nos achats en fonction de ses émissions de CO2 et non pas en fonction de son prix ?
ET SI la balance individuelle de CO2 était consultable par tous?
ET SI la durée de vie de l’individu était indexée sur sa consommation en CO2?
ET SI on compensait notre empreinte CO2 par l’humusation?
ET SI diminuer notre empreinte CO2 devenait un jeu?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notre newsletter