Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

Comment PPC a inventé le podcast collaboratif… et en direct

Publié le 8 juillet 2019 - Temps de lecture : 7 min -
Provenance : We demain / 19 mars 2019

Résumé

Pierre-Philippe Cormeraie invente le podcast « PPC »: un podcast en direct sur Twitter, où l’auditeur est partie prenante du contenu.

Objectif : parler d’un sujet différent et de manière pertinente tous les matins pendant 25 minutes. Pour y parvenir, il s’est tourné vers sa communauté Twitter : un petit groupe de 25 personnes, d’horizons très différents, l’aident à préparer le sujet du lendemain. Ces 25 personnes, qui ne se connaissent pas, sont devenues un vrai comité de rédaction. Une vraie communauté apprenante aussi.

Ce petit média du matin s’est transformé en école collaborative. On creuse un sujet nouveau chaque jour. Et on apprend tous ensemble, chacun peut apporter sa voix au chapitre. Un prototype, en modèle réduit, du média du futur.

Article

Depuis six mois, Pierre-Philippe Cormeraie, alias PPC sur Twitter, vit une expérience hors du commun. Cet expert des réseaux sociaux et de la transformation digitale, aujourd’hui « digital evangelist » chez BPCE, a toujours été curieux de tout.

Depuis dix ans que l’on se croise, je ne l’ai jamais connu blasé, ni même professoral, je l’ai toujours connu modeste et passionné. PPC fait partie de ces rares personnes qui ont compris que pour avancer il fallait ranger son égo au placard et laisser s’exprimer les autres. PPC a été l’un des premiers experts à entrainer des robots chez Flint. Il a aussi été l’un des premiers blogueurs français, infatigable défricheur de l’innovation, toujours un coup d’avance, mais sans jamais chercher la lumière, sauf celle qui se partage.

En 2018, PPC s’est lancé un défi impossible : produire un podcast tous les jours.

Au début, il a commencé par enregistrer des entretiens podcasts… en vidéo avant de monter le tout pour que ça ressemble à quelque chose vaguement professionnel. Mais c’était tellement galère qu’il est allé au plus simple. Il s’est dit : « Est-ce que je ne pourrais pas faire un podcast… en direct ? Sans montage ».

Alors il a inventé un format qui n’existait pas. Vous connaissez le podcast qui rediffuse des émissions de radio, vous connaissez depuis quelques temps le podcast « natif » produit exclusivement pour Internet… je vous invite à découvrir le podcast « PPC »: un podcast en direct sur Twitter, où l’auditeur serait partie prenante du contenu.

Ça s’appelle « Bonjour PPC », et c’est diffusé tous les matins à 7h35. Puis rediffusé sur la plateforme d’iTunes.

« Au début je voulais faire une émission hebdomadaire, mais je me suis dit que je ne tiendrais jamais le rythme et que j’aurais toujours une excuse pour ne pas le faire. Alors je me suis imposé… une émission par jour ! »

Ça parait bizarre dit comme ça, mais en fait c’était le seul moyen de s’imposer de produire régulièrement. « Quand tu es en direct tous les jours, tu ne peux pas annuler. » Un peu comme la méditation. Il vaut mieux 5mn par jour qu’une heure par semaine.

Derrière son format inédit, PPC a d’abord mis en place la méthode la moins contraignante pour pouvoir tenir 25 minutes chaque jour.

Comment a-t-il choisi l’horaire ? Par rapport à lui ! Le seul moment vraiment disponible qu’il avait, c’était avant d’arriver au travail. « Je me suis dit : et pourquoi ne pas venir au bureau à pieds? » Donc tous les matins, PPC parle dans le micro en marchant, entre son appartement et son bureau. 25 minutes exactement. Le temps de l’émission. Et à 7h35, « parce que c’est l’heure où je pars ».

Cette simple décision, complètement « anti-marketing », a structuré tout le reste. Et a déterminé, pas à pas, le format inédit de son podcast.

« Au début je me suis fait un peu peur: ça va me prendre un temps de fou, parce qu’il faut quand même que j’ai un truc à raconter tous les jours. Or, je faisais quotidiennement une à deux heures de veille par jour, mais en picorant tous les sujets. Pour être plus pertinent, il fallait soit que je passe plus de temps sur ma veille, ce qui était impossible (sauf si je voulais divorcer), soit que je fonctionne autrement. Alors j’ai eu cette idée : et si je concentrais ma veille chaque jour sur un seul sujet ? Ça me ferait 20 verticaux par mois, mais que je travaillerais plus en profondeur. »

Et c’est comme ça que PPC est devenu encore plus intelligent.

Au début, naturellement, il ne parlait de ce qu’il connaissait. Mais rapidement, il s’est retrouvé à court de sujets.

« Je me suis donc imposé de parler de sujets que je ne connaissais pas ». Pour y parvenir sans augmenter son temps de veille, il s’est tourné vers sa communauté. « J’ai sélectionné un petit groupe de 25 personnes, d’horizons très différents, qui m’aident à préparer le sujet du lendemain. »

C’est là que l’aventure de « Bonjour PPC » devient vraiment passionnante.

« Ces 25 personnes, qui ne se connaissent pas, sont devenues un vrai comité de rédaction ». Une vraie communauté apprenante aussi.

Chacun propose des sujets, mais aussi son point de vue et des liens vers des articles. PPC utilise la plateforme Trello pour recueillir les idées, les liens et les commentaires. Puis il structure tout selon un plan très précis : « De quoi parlons nous ? Quels sont les enjeux ? Les cas d’usage actuels ».

Le lendemain, à 7h35, PPC marche dans Paris avec deux portables dans la main. Le premier avec tout ce que sa communauté lui a envoyé sur Trello, et de l’autre les commentaires des quelques 200 auditeurs actifs qui réagissent en direct.

Le résultat ? Un exercice de haute voltige en direct, où PPC creuse un sujet autour de la transformation digitale, seul au micro, tout en marchant et en évitant de se prendre une trottinette dans la figure en traversant la rue, citant les contributeurs au fil de la conversation, sans jamais hésiter. Un OVNI dans l’univers des médias. Complètement époustouflant. Incroyablement généreux. « Ce que j’essaie de faire, chaque jour, c’est d’expliquer la transformation digitale mais sans le jargon compliqué. Le digital pour tous. »

Et ce qui est magique dans l’exercice, c’est que ce petit média du matin s’est transformé en école collaborative. « On creuse un sujet nouveau chaque jour. Et on apprend tous ensemble. Je crois que les auditeurs apprécient le côté sans filet, mais aussi l’idée que chacun peut apporter sa voix au chapitre ». Un prototype, en modèle réduit, du média du futur. Confiance, implication, humilité, apprentissage.

« En fait, ce format très contraignant m’a obligé à être très créatif et à faire appel à mon audience ».

« Bonjour PPC » fête sa 124ème émission. Fédère plus de 1000 auditeurs par jour, 160.000 depuis le lancement. Et est désormais classé dans le top 5 des podcasts « Technologie » de la plateforme d’Apple. Pas mal !

transformation digitale, seul au micro, tout en marchant et en évitant de se prendre une trottinette dans la figure en traversant la rue, citant les contributeurs au fil de la conversation, sans jamais hésiter. Un OVNI dans l’univers des médias. Complètement époustouflant. Incroyablement généreux. « Ce que j’essaie de faire, chaque jour, c’est d’expliquer la transformation digitale mais sans le jargon compliqué. Le digital pour tous. »

0
Benoit Raphael1 article

Analyse et questionnements

Pour aller plus loin...

Tu souhaites réagir ? Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

ET SI il n’y avait plus de professeurs dans les écoles ?
ET SI l’éducation se faisait uniquement à travers des communautés spécifiques ?
ET SI le podcast était le média du futur ?
ET SI on communiquait avec nos clients via des podcasts ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notre newsletter