La maison du futur selon IKEA


Publié le 5 septembre 2019 par Ophélie Surcouf - Temps de lecture : 2 min -
Provenance : Korii / 7 août 2019
à compléterCet article n'a pas encore été validé par Explore

Résumé


Une personne sondée sur 3 (dans 22 pays) par IKEA se sent plus “à la maison” ailleurs que dans son foyer. Les raisons : des appartements de plus en plus petits, des enfants tardifs, une espérance de vie plus longue. Nous vivons de moins en moins seul.es : plus de temps en colocation et réapparition en Europe et Amérique de maisons multigénérationnelles. IKEA table sur des foyers plus petits où chacun disposerait de son espace et sur la personnalisation de son intérieur par des petites touches discrètes et personnelles.

Article


L’entreprise suédoise a sondé 22.000 personnes dans vingt-deux pays pour mieux comprendre ce que les gens attendent de leur maison, aujourd’hui et demain.

Chez-soi, c’est quoi?

Avant d’anticiper les changements provoqués dans notre quotidien par ces nouvelles technologies, il faut comprendre la manière dont les gens envisagent leur foyer. Quand se sent-on «chez-soi»?

Pour répondre à cette question et pour son cinquième rapport annuel de Life at Home, Ikea a interrogé 22.000 personnes dans vingt-deux pays en 2018. Le géant suédois voulait mieux comprendre sa clientèle et devancer ses besoins dans son catalogue 2020.

La conclusion est que notre rapport à la maison et à la famille est en train de fondamentalement se transformer. Au point qu’une personne sondée sur trois se sent plus «à la maison» ailleurs que dans son foyer. La plupart ajoutent manquer de confort, ramènent du travail à la maison (60%) ou sont obligés de sortir pour se retrouver seul·es.

Sept à la maison

Les raisons de ces changements démographiques sont variées: appartements de plus en plus petits, mariages et enfants plus tardifs, espérance de vie (en bonne santé) plus longue… Ikea a imaginé plusieurs manières de réaménager les espaces en fonction de ces bouleversements.

Nous vivons notamment de moins en moins seul·es. Le temps passé en colocation est plus long et les maisons multigénérationnelles, traditionnelles en Asie, font leur grand retour en Europe et en Amérique. Ikea table donc sur des foyers où chacun disposerait d’un espace dans les pièces communes et pourrait disposer les meubles à l’envie dans sa chambre.

Pour celles et ceux qui vivent dans des studios, Ikea prévoit également des meubles petits et simples. Il y a quelques mois, l’entreprise annonçait d’ailleurs la sortie prochaine de Rognan, un meuble tout en un.

À l’inverse de ses précédents catalogues, Ikea laisse de côté les photos d’intérieurs minimalistes et épurés. Il semblerait que la personnalisation du design pour se sentir de nouveau chez-soi ne se fasse plus vraiment via les meubles, mais grâce à des touches plus discrètes et plus personnelles –comme des souvenirs que l’on accroche aux murs ou que l’on pose sur des étagères.

0
Soumettre une analyse

Se questionner


Tu souhaites réagir ?
Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

ET SI chacun avait son espace à lui ?
ET SI demain les industriels ne proposaient plus que des basiques intemporels à personnaliser ?
ET SI demain on ne possédait plus son mobilier et on le louait ?
ET SI les logements étaient en libre accès ?
ET SI tout le monde était nomade ?
ET SI on était partout chez soi ?
Proposer une question

Réagir ?


Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

ça peut vous intéresser


Et si les marques devenaient les meilleures partenaires des villes ?

Le brand urbanism est un concept qui incite les marques à contribuer à la création de meilleurs environnements et de … Lire l’article complet

Cette carte de crédit révèle l’empreinte carbone des achats quotidiens

La startup Doconomy va lancer dès cet été en Suède une carte de crédit qui informe son propriétaire de l’empreinte … Lire l’article complet

« Childfree » : faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?

Dans une infographie, l’AFP montre l’impact de plusieurs solutions concernant la réduction de son empreinte carbone. La solution la plus … Lire l’article complet

Notre newsletter


Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer un autre article

Partager un article ?

Prévisualisation des données
Envoyer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.