OneHome : une véritable expérience artistique pour donner envie de s’engager – Mouvement UP


Publié le 28 octobre 2020 par Philippe Lesaffre - Temps de lecture : 5 min -
Provenance : Mouvement UP / 17 avril 2020
validéCet article a été validé par Explore

Résumé


L’auteur de Siècle bleu profite de la période de confinement pour inviter le plus grand nombre à regarder sur les réseaux sociaux les images de la Terre qui tourne. Une expérience artistique et inspirante. J’ai rencontré de nombreux astronautes. Ils m’ont expliqué qu’ils étaient tombés amoureux de la planète. le but de l’opération est de recréer cet overview effect. Notre intention est de questionner les spectateurs pour comprendre ce qu’ils ressentent. On aimerait collecter, sur une plateforme que nous sommes en train de créer, un million de témoignages à travers le monde. Des personnes qui pourraient avoir envie de s’engager une fois qu’elles ont vu les images, des émerveillements pour changer les citoyens.

Article


OneHome : une véritable expérience artistique pour donner envie de s’engager

OneHome propose des vidéos quotidiennes de la Terre filmée depuis l’espace. Le but du jeu : émerveiller, inspirer, donner envie de protéger la planète bleue.

À l’origine du projet OneHome, il y a l’écrivain Jean-Pierre Goux. L’auteur de Siècle bleu profite de la période de confinement pour inviter le plus grand nombre à regarder sur les réseaux sociaux les images de la Terre qui tourne. Une expérience artistique et inspirante, qu’il nous présente.

Pouvez-vous nous raconter la genèse de votre projet OneHome ?

Jean-Pierre Goux : L’idée remonte à plus de 20 ans. À l’époque, je recherchais des solutions aux problèmes écologiques. Je suis tombé sur un livre de photos d’astronautes. J’ai alors réalisé que ces derniers avaient compris quelque chose que nous n’avions pas compris. La Terre est un être vivant. Nous vivons dans un monde fragile et merveilleux. Durant cette période, j’ai rencontré de nombreux astronautes. Ils m’ont expliqué qu’ils étaient tombés amoureux de la planète. Un chercheur de Harvard, dans les années 80, a inventé le concept d’overview effect, qu’il a constaté auprès des personnes qui se sont rendus dans l’espace : l’effet de l’apesanteur, de la beauté de la Terre, du silence, et de la peur aussi, les plongent dans un état d’illumination. C’est un choc cognitif qui les change à jamais. Et je me suis demandé comment je pouvais faire revivre tout cela. Je cherchais des images.

À ce moment-là, il n’y avait que des photos prises lors des missions d’Apollo. Puis, en 1998, Al Gore, vice-président des États-Unis, a chargé la Nasa d’envoyer un satellite là où la Terre peut être photographiée tout éclairée – sur l’axe Terre-soleil, à 1,5 million de km. Le départ du satellite a été prévu en 2000, mais il n’est parti qu’en 2015. Et OneHome est né. On a créé une première vidéo de la Terre qui tourne à partir des visuels disponibles de la Nasa. Ces images, j’ai pu les montrer une centaine de fois dans des conférences.

UNE VÉRITABLE EXPÉRIENCE ARTISTIQUE

Quel est le but de l’opération, du coup ?

C’est de recréer cet overview effect en voyant sur les réseaux sociaux les dernières images de la Terre, avec un mot ou une expression qui inspirent. Le but ultime : semer des graines de conscience planétaire pour former des citoyens se comportant en intendants de la planète. Dans ce projet, il y a deux personnes clés, je ne suis pas le seul : Michael Boccara, qui transforme les images quotidiennes de la Terre en une vidéo HD ; et Kim Huynh-Kieu, un designer de génie, avec qui l’on a conçu une véritable expérience artistique et esthétique afin que les gens à la maison puissent ressentir des émotions et se reconnecter avec la Terre. Cela crée un sentiment d’appartenance.

Notre intention est de questionner les spectateurs pour comprendre ce qu’ils ressentent. On aimerait collecter, sur une plateforme que nous sommes en train de créer, un million de témoignages à travers le monde. Des personnes qui pourraient avoir envie de s’engager une fois qu’elles ont vu les images.

C’était prévu plus tard, en septembre 2020, mais vous avez avancé le projet…

Tout le monde a été pris de surprise par les mesures de confinement. On vit un moment incroyable au niveau planétaire. On est tous à la maison, privés de sortie, en train de se poser des questions, de réfléchir, peu importe nos origines. On partage de nombreuses choses et on s’est dit qu’on pouvait proposer de regarder ces vidéos de la Terre, de la même manière que des artistes offrent des concerts de leur domicile. C’est un moment d’émerveillement, de réflexion, soit des petites graines qui pourraient peser dans le monde d’après. On est tous sur le même vaisseau Terre, c’est un bien collectif. Et on doit rester solidaires : si les uns polluent, les autres en souffrent…

DES ÉMERVEILLEMENTS POUR CHANGER LES CITOYENS

En quoi regarder la Terre qui tourne peut créer le déclic en vue d’un engagement ?

Souvent, c’est un choc qui crée le déclic, et la prise de conscience : un problème de santé, une maladie, la perte d’un être cher… Certains essayent de déclencher le déclic en abordant la catastrophe climatique, comme Al Gore avec ses films. Or, chez de nombreuses personnes, cela n’active pas de mécanisme d’engagement mais plutôt de déni. Le cerveau va avoir tendance à zapper, oublier les informations reçues. Les stratégies d’engagement par la peur ou le rationnel (c’est-à-dire : mentionner les chiffres terribles sur le réchauffement climatique, par exemple) ont leur limite. On essaye d’utiliser un autre vecteur, celui des émotions, des émerveillements. Des chocs positifs peuvent aussi vous changer la vie. C’est une manière aussi de montrer qu’on a tous la chance de faire partie d’un tout.

Voir la planète de loin permet de se rendre compte de ses fragilités, avait dit Thomas Pesquet…

Oui, on les voit à l’échelle de la Station spatiale internationale, qui est plus proche de la Terre. Là, on voit la planète belle et lumineuse. Et, pour remarquer quelque chose, il faut que ce soit énorme, comme les feux de forêt en Australie.

C’est aussi une invitation à l’évasion, non ?

Oui, on s’évade, on prend du recul, de la hauteur. Cela vous reconnecte à quelque chose de plus grand. Cela vous libère et donne du souffle, une perspective utile pour les gens confinés.

UNE PLATEFORME POUR TÉMOIGNER

Concrètement, cela se passe comment ?

Dans cette première phase, cela se passe sur les réseaux sociaux (FacebookInstagram), et plus tard, il y aura cette plateforme où l’on pourra témoigner. Dans quelques jours, des personnalités vont visionner les images et raconter ce qu’elles ont ressenti dans un message audio. Jean-François Clervoix, astronaute et l’un de nos conseillers, va ouvrir le bal. En outre, le 22 avril prochain, on fêtera le 50e jour de la Terre. Or, pour nous, c’est chaque jour le jour de la Terre.

Quel public visez-vous ?

Les images ont été montrées à tout type de personnes (enfants, scolaires, adultes, grandes villes, campagne, banlieue, prison etc.). Elles sont universelles. Et je peux vous dire que les réactions des enfants sont dingues !

Et peu importe le niveau d’engagement des personnes ?

On ne s’adresse pas à un public convaincu ou des militants écologiques. On veut leur montrer des images de la Terre, qui est belle. Ce n’est pas comme l’art, qui reste « subjectif ». En l’occurrence, je n’ai jamais entendu quelqu’un dire que la planète n’était pas esthétique. Après, il y a des gens qui sont plus ou moins émues, certains vibrent, certains sont en larmes, d’autres non…

Nous terminons par un petit texte à trou. À vous de jouer : pour inventer le monde de demain, il faut…

…Être conscient que nous vivons sur une belle petite planète.

0
Proposer une analyse

Se questionner


Tu souhaites réagir ?
Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

Et si prendre du recul nous permettait de mieux nous analyser ?
Et si on considérait la Terre est un être vivant ?
Et si on commençait à réfléchir global en voyant la terre de plus loin ? 
Et si le silence et l'esthétisme nous ouvraient les yeux et le coeur ?
Proposer un questionnement commençant par "ET SI"

Réagir ?


Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

ça peut vous intéresser


J’ai testé la lampe psychédélique qui fait rêver éveillé

validéCet article a été validé par Explore

Hapbee, un objet connecté, fait l’objet de critiques étonnantes de la part des testeurs

Hapbee est un objet connecté portable qui reproduit différentes sensations en émettant dans le corps de petites ondes magnétiques spécifiques. … Lire l’article complet

validéCet article a été validé par Explore

Éloge de la lenteur

Privilégier la marche, prendre le temps de cultiver des plantes, les regarder pousser… Ce sont des moyens de se sentir … Lire l’article complet

Notre newsletter


Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer un autre article

Partager un article ?

Prévisualisation des données
Envoyer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.

Proposer

Merci d' avoir partagé ce contenu
avec l'équipe d'Explore !

Nous en prendrons connaissance aussi vite que possible.