Envie de réagir ? Laisse un commentaire, tes ressentis ici

AFRIMATH

Publié le 16 avril 2019 - Temps de lecture : 3 min -

Résumé

“Il faut commencer par la base. Et ensuite chercher à inspirer les institutions”

 

Qui suis-je :

Racine, expert en développement de l’Afrique : https://www.afrimath.org

Mon point de départ :

Prise de conscience que l’éducation que j’ai reçue ne m’a appris que la théorie et jamais la pratique. J’ai la volonté de faire profiter mon pays de ce que j’ai appris.

Mon idée :

Construire une pipeline destinée à augmenter le nombre d’élèves africains du primaire et du secondaire qui se prédestine à des études supérieures dans les mathématiques et les sciences de l’ingénieur. Nous avons une vraie volonté de faire apprendre en FAISANT et en S’AMUSANT. Ce projet s’adresse aux étudiants, professeurs et institutions en Afrique.

Mon fonctionnement :

Par la création d’association ou de start-up, le crowdfunding ou la mise en place de partenariats (par exemple avec Ashoka Sahel Association), je cherche à avoir une autonomie financière. Je m’efforce aussi de m’exporter hors des frontières politiques, d’être transparent quant à l’utilisation des financements, de m’adapter au public (vulgariser l’information) et de (re)questionner mon modèle économique. Par tout ça, je cherche à avoir un impact local fort en Afrique. Ce n’est pas grave d’être copié par les autres, c’est même plutôt un bon signe car on va dans le même sens.

De quels futurs émergents
témoigne ce présent ?

  • La volonté d’avoir un impact (local) sur le continent africain.
  • Le changement par le FAIRE.
  • Se faire copier son idée est une opportunité qui permet au projet d’avancer plus vite.
  • L’entrepreneuriat n’est pas poussé en Afrique car il ne permet pas de gagner de l’argent rapidement.
  • Pour nourrir l’Afrique et la planète, il faut commencer par des actions locales, faire petit à petit au début, pour que ça puisse se déployer ensuite à grande échelle.
0
RacineExpert
Racine Ly3 articles

Analyse et questionnements

Pour aller plus loin...

Tu souhaites réagir ? Clique sur tes émotions et / ou laisse un commentaire.

ET SI on s'arrangeait pour que les gens nous copient ?
ET SI on s'inspirait de la créativité sous la contrainte qui existe en Afrique ?
ET SI on allait se former en Afrique ?
ET SI l’innovation ne pouvait se faire qu’à l’abri des regard dans un lieu de tous les possibles ?
ET SI du chaos naissait la disruption ?
ET SI les drônes redessinaient les routes africaines ?
ET SI notre avenir urbain s’inventait en Afrique ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notre newsletter